couverture junk journal

Les pièges à éviter et conseils pour la technique du Junk-journal

Éviter les pièges du junk journal et autres conseils

Le Junk-journal, traduit littéralement par « journal poubelle » est une discipline artistique apparue aux États-Unis. Pour en lire davantage sur cette technique je vous renvoie à l’article précédemment écrit il y a quelques mois : Qu’est-ce qu’un Junk journal

Qui dit « poubelle » dit travail avec des matériaux de récupération. Oui ! Mais ce n’est pas une raison d’y mettre tout et n’importe quoi qui aurait pour résultat un rendu trop surchargé !

Je défends corps et âme le fait de fabriquer des objets à la main. Par conséquent, cela implique que chaque œuvre que nous créons est là pour durer dans le temps. Elle devient le témoignage d’un moment donné. Je défends très fortement le fait d’incorporer des matières récupérées, des matières qui ont déjà une histoire passée, et de m’amuser avec pour créer,modifier, revisiter celle-ci afin de créer un équilibre entre l’ancien et le nouveau.

 

Ce qui fera la différence :

Mes 5 incontournables où je ne lésinerai pas sur la qualité

 

  1. -Les papiers et pages de livres illustrés,
  2. -Les cartons de couverture,
  3. -La colle papier et textile,
  4. -Le fil de reliure,
  5. -L’aiguille (si j’utilise la machine à coudre).

 

Les 5 points qui font pour moi le petit plus dans une création :

 

  1. -Avoir les bons gestes de teinture, que cela soit en teinture naturelle ou teinture du commerce, sur papier ou tissu.
  2. -Utiliser le bon grammage de papier suivant le résultat voulu (couture, broderie, ou teinture).
  3. -Connaître les différentes fibres textiles pour les coudre, broder, transformer.
  4. -Utiliser les bonnes encres, que cela soit pour l’impression imprimante ou tampon.
  5. -Avoir conscience des couleurs utilisées

 

Mes bons plans récup’ :

 

Pour les papiers, les solderies sont parfois des cavernes d’Ali Baba. On y trouve régulièrement, si vous prenez la peine de chercher un peu, des ramettes A3, A4, certaines fois des papiers imprimés scrapbooking ou non, mais également toutes sortes de carnets qu’on peut débrocher (terme en reliure signifiant découdre un livre) pour les recomposer et agencer comme on le souhaite dans un junk (carnets lignés ou non, carnets à point, carnets illustrés, cahiers d’écolier, chemise…).

Pour les tissus, ma préférence va à la récupération de vêtements dont les motifs souvent petits sont appropriés aux dimensions de carnets. On peut y récupérer, boutons et dentelle.

Pour les cuirs, il existe des magasins qui vendent au poids des chutes de cuir très bon marché et très qualitative, dont l’avantage est de posséder là aussi des dimensions idéales. Mon adresse préférée est en Dordogne, j’y passe une fois par an lorsque je visite ma maman (l’usine Jarverlac)

Donner du sens et de la valeur à la création voilà l’importance, la vigilance que l’on doit avoir lorsque qu’on se met à l’ouvrage. Et pour vous, quels sont vos incontournables quand vous créez ?

Vous trouverez des ressources sur le junk-journal sur ma chaîne youtube : Marielle béguinel

Sinon venez me faire un coucou sur mon Instagram : Vert garance

piéges junk journal
methode bullet journal

La méthode Bullet Journal par Vert Garance

Posté dans : Bullet journal 0

Une méthode, un outil, le Bullet journal ou Bujo

Le Carnet de type Bullet journal, contracté sous la forme « Bujo », est avant tout un outil d’organisation.

Suivant notre personnalité la méthode s’adapte. Selon nos envies et nos besoins, nous pouvons le personnaliser mais n’oublions jamais ceci : cet objet doit être utile et nous faire gagner du temps !

Quel matériel faut-il ?

Il existe des carnets dédiés à cette pratique, que vous pouvez trouver dans le commerce à des prix divers. Concernant les crayons, vous pouvez vous servir d’un simple crayon bic, en passant par le stylo à plume, jusqu’à aller, pourquoi pas, aux crayons techniques de type Micron. Vous pouvez également utiliser des feutres, les crayons de couleurs… À ce niveau également, l’univers est vaste et peut correspondre à vos envies et besoins. Il est important de choisir le matériel avec lequel vous vous sentirez à l’aise, avec lequel vous prendrez du plaisir.

Le Bujo en question.

Chez les puristes le bullet est composé de 4 grands principes :

 

  1. -Un titre clair et précis pour chaque partie que l’on va créer.
  2. -une numérotation de chaque page qui sera reportée dans un index en début de carnet.
  3. -des puces qui sont présentes pour simplifier et synthétiser les choses à faire.
  4. -une prise de notes par mots-clés pour ne retenir que l’essentiel à associer à un code visuel pour suivre ses taches plus aisément.

Des pages maîtresses du bullet journal :

L’index. Comme son nom l’indique, il s’agit du sommaire. Il est très pratique pour se référer à ce qu’on a écrit. Ne négligez pas sa fonction, il est un réel facilitateur de vos tâches, notamment quand le bujo sert aussi bien à l’organisation de votre vie professionnelle qu’à votre vie privée.

index bujo

Aujourd’hui j’ai changé ma méthode et je n’utilise plus d’index car je travaille sur un petit cahier au mois. J’y retranscris seulement les 4 semaines du mois et organise uniquement la vie de ma microentreprise. j’ai ajouté 1 à 2 pages d’illustrations qui me servent comme un traker dessin. Cela représente donc seulement 6 pages/semaine, d’où ce choix de travailler sur un cahier et non un carnet.

On retrouve ensuite 3 sortes de planning qui sont :

  • la vue à long terme,
  • la vue à moyen terme,
  • la vue à court terme.

Personnellement, je n’utilise pas la vue à long terme dans mon bujo pour une raison d’espace et de visualisation. Ma vue à long terme est inscrite sur une feuille A3 et affichée dans mon atelier, ainsi j’y ai toujours accès, de façon très visuelle. Je peux de plus la modifier facilement car j’utilise des minis post’it repositionnables.

La vue à moyen terme est inscrite en début de cahier. J’utilise aussi des post-it pour une question de mobilité et pour ne pas figer mes taches (sinon elles pourraient vite me déprimer si je m’aperçois que je n’ai pas de marge de manœuvre dans mon organisation). J’ai un grand besoin d’organisation, mais j’ai paradoxalement besoin de me savoir libre, de pouvoir adapter mon temps au fur et à mesure des contraintes qui sont les miennes.

En utilisant les post’it je peux déplacer certaines taches si je suis en retard dans mes productions, voire les jeter si la tâche à réaliser n’est plus adaptée.

Cette façon de procéder demande en revanche de prendre un temps hebdomadaire pour valider ou faire évoluer les taches et objectifs à atteindre. J’ai 2 pages par semaine consacrées à vérifier le temps par rapport à mes objectifs.

Enfin la vue à court terme qui est un planning semaine au jour le jour.

Dans celui-ci, certaines informations sont inscrites au crayon car elles représentent des incontournables (tâches fixes donc). Vous l’aurez compris, inscrites dans mon « petit cerveau », je ne peux pas déplacer la chose… Et d’autres taches sont inscrites sur un post-it afin de pouvoir moduler les tâches en fonction de mes contraintes.

Les codes graphiques et de couleurs

En bas de page, je note mes codes graphiques :

  • fait,
  • pas fait,
  • reporté.

J’ai également un code couleur pour pouvoir répartir correctement toutes les tâches indispensables à réaliser pour faire tourner ma microentreprise (administration, direction, production, communication et vente).

Il y a des tâches que je n’aime vraiment pas faire et si je ne les échelonne pas, j’ai vite fait de ne me concentrer que sur la création !!! Ah ce cher petit cerveau (le vrai cette fois-ci) qui n’aimerait faire que ce qui lui plaît…

Les pages à thème

Ensuite viennent les collections. À mes tous débuts, comme une bonne élève, j’en inscrivais beaucoup, du type listes d’envie, DIY à essayer, liste de citations…

J’ai aussi réalisé des trackers, c’est-à-dire des tableaux pour faire un suivi de certaines habitudes (temps de lecture, sport, pratique artistique, heure du coucher…).

Aujourd’hui, je n’ai plus le temps de faire cela. Je me suis vite rendue compte que l’organisation devenait vite un piège à tracer des lignes, remplir des casses au détriment du temps si court et si précieux de création.

De ce temps, je n’ai gardé que 2 pages libres pour dessiner des motifs, des dessins, des idées de création… Résultat : un rendu beaucoup plus épuré. Les dessins me constituent une bibliothèque visuelle et un entraînement graphique quotidien.

traker bujo
planning mensuel bujo
colletion bujo

Le plus important quand on utilise le bullet journal.

Il existe beaucoup de codes balisés dans la méthode bujo, mais après 4 années à expérimenter, je dirais que le plus important est avant tout de se poser et de se demander « de quoi ai-je besoin  pour améliorer ma gestion du temps ? » Et ainsi au fur est à mesure être plus proche de sa propre organisation et besoins.

Pour appuyer l’idée d’être au plus proche de ses besoins, je ne vous conseillerai que de confectionner vous-même le carnet ou cahier de vos rêves. Vous obtiendrez ainsi une satisfaction totale ! Le proverbe ne dit-il pas : « on n’est jamais mieux servi que par soi-même »

Si toute fois, c’était vraiment difficile, faute de temps, de connaissances techniques je vous conseillerai d’utiliser un carnet déjà en votre possession, histoire de tester la méthode et ainsi découvrir de quoi vous avez réellement besoin. Tester, essayer est une bonne manière pour acquérir de l’expérience et être au plus près de vous-même.

Concernant les crayons, c’est la même chose. Avant d’investir, vous avez en votre possession beaucoup de crayons ! Et n’hésitez pas à piquer les crayons de vos enfants ou collègues également. Le tout est de savoir si ce medium vous plaît ou non. Est pratique ou non. Vous donne envie de progresser dans votre organisation ou non….

Pour aller plus loin sur le sujet

vous avez le livre et le site internet de Julie de zunzun

Petit guide pour Grand Bullet aux éditions Le temps apprivoisé

Son blog zunzun

Pour s’essayer en groupe facebook : « Bullet Journal Créatif: Méthode R. Caroll, la créativité en plus »

Et si vous voulez créer et relier vous-même votre bujo, rendez-vous à la rubrique « contact » et faites le moi savoir. C’est avec grand plaisir que je vous guiderai.

juin vert garance repères et expérience(s)

Expérience : Se remobiliser quand on perd ses repères

Posté dans : Fragements de vie 0

Comment se remobiliser quand on perd tous ses repères? Aujourd’hui toute mon activité de créatrice est remise en cause à tel point que mes pensées négatives me disent « Marielle arrête tout! » Et il y a aussi cette deuxième voix qui me dit : « mais ce n’est pas possible, arrêter reviendrait à renier qui tu es, tous ce que tu as déjà accomplis… » La remise en question et le changement, la ré-organisation est plus que nécessaire et voici dont traite cet article.

Alors comment continuer à avancer malgré la tempête ?

  • La confiance vis-à-vis de la vie, j’ai le sentiment que cette situation veut m’apprendre quelque chose. Pour l’instant je suis la tête dans le guidon mais je sais que ça ne durera pas.
  •  L’instinct de survie ou je devais plutôt parler de l’instinct vital . C’est lui qui m’aide à maintenir le cap, non sans cette peur qui parfois me paralyse lorsque je me projette dans l’avenir.
  • Quand cette peur panique arrive, je me concentre sur ce que mon corps sait, sur ce qu’il a appris quand j’étais danseuse sur fil (bref sur mes repères personnels) : un pas après l’autre et surtout pas de précipitation sinon le déséquilibre risque de me faire tomber.

Rien que pour retrouver ces sensations, revisiter mon parcours de vie, là où j’ai réussi des exploits, je me dis que cette situation compliquée ne peut pas rester éternellement bloquée. Alors en attendant tout comme le départ sur le fil lorsque le premier pied se pose dessus : je relève la tête et m’apprête à traverser la situation du mieux que je peux, en gardant bien à l’esprit tout ce que je sais déjà faire.

Je prends des initiatives comme celle de continuer à m’organiser, trouver des solutions, pour rester vigilante, ne pas m’endormir sur un travail d’usine assommant. Je souhaite rester disponible pour mes envies de créations quitte à les mettre de côté, les écrire dans un coin de cahier pour pouvoir les réaliser quand le temps sera plus propice.

juin vert garance repères et expérience(s)

Les grands bouleversements, faut-il en avoir peur ?

À l’heure où j’écris, je traverse une situation inédite : celle de devoir travailler dans un domaine très loin de mes inspirations et de mes valeurs. Certains pourraient me dire après tous les diplômes et savoir-faires que tu as, tu n’as pas d’autres moyens de subvenir à tes besoins que de travailler à l’usine ??? À la manière des Temps modernes de Chaplin !

Non, j’ai voulu aller au plus vite pour ne pas mettre en danger ma famille. Je ne veux pas que mes enfants se rendent compte des difficultés financières… Des difficultés à remplir le caddie pour manger.

Et dans ce contexte plus que particulier, j’ai besoin de me ré-organiser et trouver de nouveaux repères pour ne pas perdre l’espoir en mon activité de création de carnets, en l’espoir de vivre indépendamment d’une grosse entreprise qui brise, exploite des hommes et des femmes, qui gaspillent outrageusement devant ces mêmes personnes qui triment pour gagner leur vie.

 

 

 

 

Retrouver mes créations sur instagram

vert garance juin

Noël 2020 chez vert garance

Posté dans : création entreprise 0
dav

Préparation Noël
Il était une fois une période chamboulée.

Une période qui pourtant devait être placée sous le signe de l’espoir.

Eh oui, ce dernier trimestre c’est, il faut le dire, celui qui représente 70 % de mon chiffre d’affaires annuel. Mais voilà qu’à nouveau ce vilain petit virus réapparaît et bloque les espoirs que j’avais en cette période de l’année.
1/la préparation de l’avant Noël.
En général, c’est vers septembre que je travaille sur la production, la communication et la distribution de mes carnets. Étant donné que mon entreprise est toute jeune, je manque encore de repères. La première année fut formatrice, la seconde une première mise en place concrète. Cette année, j’ai donc anticipé pas mal d’aspects « techniques » et j’avais donc une « longueur d’avance » par rapport à l’année dernière. J’avais en effet  :

1- acquis plus de connaissances sur l’entrepreneuriat
2 – prévu des idées de design et des objectifs de production
3 – prévu des débuts de ventes dans des boutiques (donc enfin une façon de faire voir mon travail et de le distribuer)
4 – planifier une vision des tâches à effectuer durant plusieurs semaines.

Début octobre, me voilà donc installée dans une boutique de créateurs et j’en prévoyais d’autres courant novembre. De bien belles choses se mettaient en perspective.

2/ un rythme cassé.

C’est certain, cette pandémie est une vraie catastrophe pour certains, et malheureusement j’en fais partie. Cette épidémie ne me fait pas peur car je crois aux forces de la nature, c’est-à-dire que je crois en une force supérieure à l’être humain. Pour moi, cette pandémie arrive à cause d’un déséquilibre naturel créé par l’homme lui-même. En gros, pour faire court, la nature crée mais elle a aussi le pouvoir de reprendre, de nettoyer, de réguler. j’accepte ma condition. Ce que j’ai beaucoup de mal à accepter, c’est cette gestion de crise à un moment de vie où nous pourrions tous être égaux. Les inégalités se creusent, mais au profit de quoi, de qui ? Au profit de ces mêmes personnes qui pillent les richesses de notre planète sans vergogne, sans se préoccuper du vivant. On nous fait croire que c’est pour nous protéger, mais non, c’est pour nous  enlever des libertés, notamment celle d’expression, afin de faire passer leurs profits avant tout.

3/alors quoi ?

je refuse de disparaître sans m’exprimer. Dans mon quotidien il y a parfois des pleurs. Cette situation est angoissante. J’ai du mal à accepter que quelqu’un me l’impose et par la même occasion l’impose à mes enfants. Je refuse de me taire. Je refuse de contenir ma colère. Je refuse d’arrêter de confectionner des carnets, ces outils si cher à mon cœur.

4/ instinct de survie

Au fond de moi, j’ai très peur de l’avenir, car je sais que je suis un petit microbe sans trop de défense immunitaire, car toute seule, car marginale dans mes produits, des carnets fait main, lentement, face aux carnets qu’on trouve en grande surface. Les miens sont loin de faire le poids. Leur vente est loin de faire vivre ma famille, mais je me dois pour l’instant de ne pas perdre cette petite lueur au bout du tunnel pour ma famille : instinct de survie.

En attendant, pour pallier cette peur, avec les enfants on « crabouille » sur du papier tous les jours pour exprimer qu’on est là, qu’on est vivant. Je récupère des bouts de papier par-ci par-là dans des livres, dans des cahiers. Cette matière deviendra bientôt ma matière première pour de prochains carnets, encore plus responsables, encore plus en respect avec la nature. Je me dis que si je n’ai plus de papier vierge pour écrire, dessiner, utiliser des pages de livres est sûrement l’occasion de repenser un nouveau carnet plus innovant. Et toujours plus protecteur de l’environnement. Ça amène aussi à repenser à la notion de production de productivité. Alors histoire à suivre …

Tadam

N’hésitez pas à venir faire un tour à la boutique pour rencontrer de nombreux créateurs.

diy carnet

Diy carnets sans couture, création Vert Garance : deuxième partie

Posté dans : TUTORIELS 1

Suite et fin du carnet sans couture

Voici la deuxième vidéo qui clos ce petit tutoriel. C’est le moment où votre créativité peut être débridée puisque je suis sûre que vous avez fais une première partie au TOP!!!

Sortez les tissus, vos boutons pourquoi pas vos perles… Vos ciseaux et ….

Et quoi mettre dedans?

  • la liste de vos rêves
  • vos notes volantes
  • vos haikus
  • votre liste de course
  • vos idées de recettes

Et encore bien d’autre chose, dites moi!!!

Vous avez pas suivi la première partie de de tuto?

Pas de soucis, c’est ICI

diy carnet sans couture

Diy carnets sans couture, création Vert Garance : première partie

Posté dans : Non classé, TUTORIELS 0

DIY Carnet SANS COUTURE

En ce mois d’octobre, je voulais vous proposer de réaliser vous même un carnet sans couture.

Allez c’est parti

Vous allez devoir réunir un peu de matériel :

  • Des feuilles de grammage 80 de type papier d’imprimante
  • Du papier couleur du même grammage
  • De la cartonnette de type boite de céréales
  • Des chutes de tissus (pensez à regarder dans vos vêtements trop petits ou bon a être jetté. Il y a des fois des merveilles et on se fait plaisir à redonner vie à du tissu)
  • Un cutter, une règle, un crayon de papier, des ciseaux, de la colle et un plioir
  • Et une machine à coudre (facultatif)

Mes techniques artistiques

Posté dans : Non classé 0
mes techniques artistiques

Mes pratiques artistiques.

Peut-être désirez-vous en savoir un peu plus sur mes pratiques artistiques ? Enfin du moins celles qui sont importantes dans ma vie de tous les jours. Elles répondent aux noms d’écriture, de land art et d’arts plastiques. Je vais vous les redéfinir dans l’utilisation qui est la mienne et vous expliquer leurs bénéfices respectifs.

Définitions.

Dans ce premier paragraphe, je vais juste vous noter des définitions « classiques », telles que nous pouvons les trouver dans les dictionnaires ou autres sites internet. Commençons par celle que vous connaissez toutes et tous : l’écriture !Bilan : Coronavirus (53 jours de confinement) et botanique.

L’écriture, c’est évidemment l’acte d’écrire. On trace donc des lettres avec notre main, pour exprimer nos pensées, de la poésie, raconter des histoires ou faire un tri, comme une liste de courses par exemple.

Le land art : pratique artistique qui consiste à utiliser, dans la nature, les éléments qui nous entourent pour construire une œuvre d’art vouée à une existence éphémère.

Les arts plastiques : c’est un ensemble de techniques allant du dessin à la peinture, en passant par le collage, l’assemblage de différentes matières et couleurs pour composer une œuvre d’art (ou du moins qui aspire à l’être, ce qui n’est pas souvent le cas). La photographie, la sculpture, font aussi partie des arts plastiques (qui reste un terme assez fourre-tout que je n’aime pas trop sûrement à cause du mot plastique qui m’évoque les bouteilles).

Mes pratiques.

J’utilise chacune de ces techniques de façon plus ou moins régulière, quotidienne, dans mes pratiques artistiques. Elles ont toutes un bénéfice différent sur mes états d’âme. Chaque matin, je commence par une séance d’écriture, à la durée plus ou moins étendue. Cet exercice me permet de me structurer pour la journée à venir, c’est-à-dire que je peux y définir mon emploi du temps. L’écriture me permet également de me vider la tête d’un rêve encombrant. Enfin, cet exercice peut avoir l’effet d’un propulseur. Je veux dire par là qu’écrire me donne parfois, souvent, une énergie pour passer à l’action (et non pas de rester engluée dans des pensées ou émotion parasites).

Je pratique le land art de façon systématique quand je me trouve en extérieur. Attention, vous pouvez faire du land art dans votre jardin, mais arranger vos parterres de fleurs n’est pas du land art (combien même le jardinage peut être un art). Non, il faut réaliser une œuvre avec des bouts de bois trouvés par terre, dessiner sur du sable, créer des structures avec des cailloux, bref, les possibilités sont infinies, la nature étant, vous le savez, d’une richesse incroyable.

Pratiquer cet art dehors possède aussi une vertu incroyable, celle de nous éloigner de chez nous, de nous permettre de respirer un bon bol d’air frais, de nous aérer à la fois le corps et l’esprit. Les gens s’arrêtent pour discuter, pour dire : c’est « beau ». Je me fais vraiment beaucoup de bien en créant mes petits « tableaux » éphémères, sur la plage ou en forêt, j’y fais participer mes enfants parfois. L’autre avantage du land art, c’est que cela nous détourne de l’aspect technologique omniprésent dans nos vies.

Les arts plastiques.

Je sais que beaucoup d’entre vous pensent que les arts plastiques nécessitent de posséder pas mal de matériel. C’est en partie vrai, mais l’on peut faire beaucoup de choses avec simplement du papier, de la colle, des ciseaux, trois bouts de ficelle, une aiguille, des crayons etc. Les combinaisons sont infinies, si tant est que l’on prenne le temps d’y réfléchir un peu en amont. Les arts plastiques permettent de réveiller notre créativité, mais également de nous enfermer dans une bulle hors du temps, loin de tous nos soucis du quotidien.

Souvent, on se dit qu’il faut avoir du temps devant soi pour réaliser « son œuvre », mais bien souvent, il en faut peu. Ou du moins apprendre à s’en contenter. Avec deux petits à la maison, je suis souvent prise de court. Pourtant, un croquis fait à main levé m’apporte une petite dose de joie toujours salutaire, une petite broderie faite le soir (que je transformerai par la suite en bouton…), 3 couleurs lancées sur du papiers… Même si des fois le résultat me paraît loin de la finition, moche et/ou peu inspiré à cause de la précipitation dans lequel je le réalise. Cette petite dose de joie prend une autre dimension quand j’ai un peu plus de temps et que j’assemble tous ces petits bouts de production en une œuvre singulière.

Les bénéfices des pratiques artistiques.

Dans l’écriture, le land art ou les arts plastiques, c’est l’évasion qui compte. Elle se fait par la concentration, par le dépaysement que procure l’activité aussi. Si cela est d’autant plus vrai pour le land art qui se pratique en extérieur, cela l’est également pour les autres disciplines évoquées ci-dessus puisque nous ouvrons nos sens à ce qui nous entoure, à ce qui nous stimule, à ce qui nous fait du bien. Certes, le dépaysement est ici plus intime et relatif, néanmoins il est tout aussi efficace.

Les bénéfices sont donc variés, mais tous permettent de se sentir mieux, en phase avec soi-même. Le côté déstressant de ces pratiques est certain, leur pouvoir d’action sur la concentration tout autant. Il s’agit de moments d’évasion, à coûts réduits, qui ont un rôle important. En effet, les gens, pendant le confinement, se sont retournés vers ces pratiques très terre à terre pour pallier l’angoisse du moment. Et ça leur a fait tenir le coup ! Alors pourquoi ne pas les pratiquer au quotidien désormais ?

Acheter un carnet de créateur

Posté dans : Fragements de vie 0

Pourquoi acheter un carnet de créateur ?

Si vous avez lu mon article précédent Les différentes fonctions du carnet, vous devez absolument lire celui-ci. Pourquoi acheter un carnet de créateur alors que des carnets, vous pouvez en acheter partout dans le commerce. Quelles sont les spécificités du carnet de créateur ? Quelles sont les différences fondamentales entre un carnet lambda et un carnet fait-main ? Qu’est-ce que cela implique d’en acheter un ? Je vous explique tout cela du mieux que je peux.

Carnet du commerce ou carnet de créateur ?

Tout le monde a le choix. Une personne peut choisir d’acheter un carnet lambda dans une grande surface ou une papeterie. Mais avec le temps, sa solidité, sa fiabilité est souvent mise à mal et des feuilles finissent trop souvent par se décoller. Il s’agit là de carnets pas chers, certes, mais cela implique une qualité moindre.

Il est alors possible de choisir l’aspect inverse et investir dans les « grandes marques » (je pense à Moleskine, leuchttrum). Ces carnets sont solides, robustes, mais très (trop ?) classique. Ils sont tous semblables et, c’est vrai, un peu trop « lisses ». Il vous reste alors une troisième solution : choisir de travailler, d’écrire, de jouer avec des carnets de créateurs. C’est évidemment ce que je défends.

En quoi est-ce « génial » de posséder un carnet de créateur ?

Premier point, et pas des moindre, ce carnet est unique ! C’est vrai qu’il sera plus onéreux que ceux achetés dans le commerce, mais il possède plusieurs qualités ou valeurs. La première concerne l’éthique : éthique de fabrication, de rigueur, de choix de matériaux respectueux de l’environnement ou limitant l’empreinte carbone dans sa conception (matériaux recyclés, teintures végétales faites main, avec les fleurs de mon jardin etc)… Il possède de plus un savoir-faire technique et est réalisé, de sa conception à sa commercialisation, par l’ « Homme » (et pas par la machine).

Vous valorisez, en achetant un carnet de créateur, la valeur-travail (et le travail bien fait même si des imperfections, qui lui confèrent une âme, subsistent), le respect d’une tradition remise au goût du jour, le savoir-faire d’un artisan artiste.

Cela peut paraître anecdotique, mais écrire dans un carnet de créateur, c’est aussi un exercice ludique. Vous écrirez sur différentes matières de papiers, sur des formats qui ne sont pas forcément standards (et en plus vous pourrez même partir à la recherche des imperfections qui donnent de l’âme aux objets faits main!).

carnet de createur

Mes créations.

Les carnets que je crée sont nés de mes envies d’expérimenter. Ils sont le fruit de mes besoins de toujours découvrir et d’assembler de nouvelles matières. C’est en expérimentant, en combinant mes savoir-faire que j’ai eu l’idée de relier différentes matières, différentes textures etc. Je crois également que de tels carnets peuvent vous permettre d’explorer votre créativité, vos envies en suivant, pourquoi pas, la courbe d’une feuille qui aura laissé son empreinte sur le papier.

Je me sers, pour confectionner des carnets robustes, de ma formation de reliure classique (gage de solidité, de robustesse mais également d’amour du travail bien fait) pour créer des carnets alliant modernité et tradition. Aucune frontière ne s’impose dès que vous l’avez entre les mains ! Vous pouvez y écrire, dessiner, collecter des images, gribouiller, poétiser, coller des photos, bref, il vous appartient et vous pouvez en faire ce que bon vous semble !

Mon expérience personnelle de «carnet addict ».

J’utilise le carnet quotidiennement, qu’il me serve d’outil de développement personnel, d’organiseur, de collecteur d’idées (qui parfois arrivent très vites dans ma tête et qui peuvent repartir aussi vite qu’elles sont venues). Le carnet me permet de laisser une trace, de mieux apprendre à m’organiser, de mieux comprendre le monde qui m’entoure.

Pendant la période du coronavirus, sans le carnet, j’aurai sombré dans la noirceur de la vie, c’est certain. Quant au carnet artistique, livre-objet et œuvre d’art, il me permet de n’avoir aucune limite sur ma créativité et d’arrêter le temps. C’est d’une jouissance exquise😉

Et vous, êtes-vous « carnet addict » ?

Comment le vivez-vous ?

N’hésitez pas à me faire une demande si vous désirez acquérir un de mes carnets ou si vous souhaitez passer une commande particulière (je suis disponible pour vous confectionner le carnet dont vous rêvez!). Dans les deux cas, c’est avec plaisir que je vous proposerai le carnet qui correspond à vos envies et à vos besoins.

Les différentes fonctions du carnet

Posté dans : Pratique artistique 0

À quoi sert un carnet ?

Forcément, cette question doit vous paraître un peu idiote : à quoi sert un carnet ? Non, ne riez pas, elle est sérieuse cette question. Parce que l’objet de tous les jours qu’est le carnet possède des vertus certaines, et des utilisations multiples, qui sauront correspondre à tous. Je vous propose de faire le tour de celles-ci dans ce petit article qui, je l’espère, ne sera pas trop barbant, Je vous listerai les différentes fonctions du carnet et je vous montrerai à quel point cet objet du quotidien peut être un allié dans la vie de tous les jours. Il vous montrera aussi à quel point j’aime le carnet.

Les quatre fonctions d’un carnet.

Pour moi, un carnet est un outil. Il possède plusieurs fonctions importantes. Il me sert d’outil de développement personnel, d’outil d’organisation, d’outil de recherche et d’outil artistique. Que vous réunissiez toutes ces fonctions en un seul carnet, ou que vous possédiez un carnet pour chacune d’entre elles, cet objet bien plus intuitif et pratique qu’un smartphone, vous accompagne où que vous alliez et est un compagnon du quotidien indispensable !

Les différents outils/fonctions.

Si je reprends les choses dans le même ordre, le carnet, en y annotant mes pensées, va me permettre dans un premier temps d’identifier certaines problématiques. Il va dès lors me permettre d’identifier des objectifs et, une fois ceux-ci atteints, de quantifier et de voir le chemin parcouru. Je le nomme « le carnet de développement personnel » ou « carnet de gratitudes » quand j’y fais une listes de Merci la vie.

Le carnet permet également de trier les informations, les demandes, les envies, et de les définir dans le temps. Il permet donc de mieux s’organiser (et donc d’être plus productif). C’est le bullet journal, l’agenda. De la même façon, le carnet s’avère être un super support pour pouvoir écrire, collecter, dessiner des choses, de déposer ses idées, de coller des images ou que sais-je encore ? Il suffit pour s’en convaincre d’imaginer Léonard de Vinci sans carnet. Aurait-il été Léonard de Vinci ou aurions-nous eu connaissance de son génie ? Pas sûr.

Le « couteau suisse » de mes envies.

Enfin, un carnet est un objet d’expression qui permet de s’exprimer pleinement, en mots, en couleur. C’est le principe de l’art-journal ou des livres objet. Tenir un carnet en soi n’a rien de péjoratif. Certains pourraient penser, à tort, que seules les jeunes filles ou adolescentes s’en servent, comme dans le cas des carnets (ou journaux) intimes où l’on peut faire des petits cœurs dans la marge.

Mais tenir un carnet n’a rien à voir avec cela. Ses usages sont multiples. On en revient alors à celui que pouvait en avoir Léonard de Vince, ou même à ceux de Frida kalo. Leur usage est donc bien plus vaste et plus intuitif que les agendas et autres « bloc-notes » sur téléphone portable ou ordinateur. C’est le véritable couteau suisse des mes envies, adapter à ma personnalité curieuse, sans cesse en mouvement.

Bilan du mois de juin : travaille la matière – Vert Garance

Posté dans : création entreprise 0
bilan juin

Travailler la matière

La création d’entreprise est un long chemin de croix. Pour être sûr d’avancer, il est important de structurer et de fixer des objectifs (surtout pour une personne comme moi😋) afin de ne pas se perdre en chemin. Voici mon bilan pour le mois de juin qui vient de s’achever.

Mes objectifs pour le mois de juin étaient les suivants.

Le premier concernait ma présence sur les réseaux sociaux. Ils sont incontournables aujourd’hui pour toute entrepreneure, j’ai donc décidé de ne pas les négliger. En juin, j’ai réussi à être plus présente en story sur instagran en publiant de nombreux contenus. J’ai réinvesti Facebook, en créant une nouvelle page sur laquelle personne ne me suit (pour l’instant). L’important était de la créer, c’est chose faite. Je n’aime pas ce réseau, mais comme je le disais, c’est aujourd’hui incontournable.

Je voulais maintenir mon rythme d’écriture sur le blog et j’ai pris beaucoup de plaisir à raconter qui je suis, ce que je fais, les obstacles qui sont les miens, mes victoires aussi. Cela illustre mon métier je pense, c’est important pour moi de transmettre un peu de mon expérience. C’est vrai, pour le moment, tout cela part un peu dans tous les sens, et le rythme n’est pas encore régulier, mais je suis persuadée que cela constitue un puzzle dont je ne connais pas encore l’image finale. Jy prends du plaisir. Il ne faut pas que j’arrête en si bon chemin.

Mon bilan de juin est donc plutôt positif dans ces deux cas.

Pour le mois de juillet.

Pour le mois à venir, je vais poursuivre les efforts et trouver du contenu à offrir. J’aimerai tellement pouvoir échanger avec des humains ! Être derrière son écran, ça a du bon, ça protège un peu, mais je m’y sens seule. Échanger avec vous me ferait véritablement plaisir.

Au-delà de ces aspects « ordinateurs », il faut que je sois plus plus organisée sur les tâches à accomplir au sein de mon entreprise. Je suis ravie d’avoir découvert des outils de gestion comme Trello par exemple. Cet outil me permet de planifier mes taches, d’avoir une visibilité sur une échéance donnée. Ça m’aide à bien structurer mes tâches, leur déroulement, et de visualiser si je suis dans le bon tempo. De la même façon, mais dans un autre registre, je me sers de canvas pour mes stories et contenus sur instagram. Le gain de temps est appréciable une fois que l’appli est maîtrisée.

Une nouvelle fois, mon bilan du mois de juin s’avère assez positif.

Ce n’était pas prévu en juin, mais…

J’ai aussi suivi des formations gratuites sur facebook. Elles m’ont été plutôt bénéfiques ! J’ai commencé avec les Merakis. Cette formation m’a donné une vision sur le long terme, de ce que je veux pour mon entreprise et pour moi-même. Je n’avais qu’une vision restreinte et à court terme (je ne visualisais jamais plus loin que dans le mois à venir).

Penser et me dire que dans 10 ans j’aimerai être propriétaire d’un petit atelier de confection fut une révélation. C’est effectivement ce que je souhaite (et je l’ai d’une certaine façon toujours souhaité) : posséder un lieu dédié à l’art du livre, du carnet, où j’exposerai des petits accessoires tous fais à la main (matière et objet), où je proposerai des ateliers autour des techniques que sont la reliure, la broderie, la teinture naturelle, l’ecoprint, le papier recyclé…

À long terme donc, j’aimerai proposer aussi des ateliers pour transmettre aux gens l’envie de faire eux-même leurs carnets, mais j’aimerai également proposer des ateliers d’écriture et de dessin. Et puis, soyons fou, allons encore plus loin, cet atelier serait dans un « tout » qui fédérerait d’autres domaines comme, par exemple, l’édition, l’imprimerie, le design textile et papier. Il pourrait même y avoir un jardin de plantes tinctoriales et pourrait donc accueillir des paysagistes, des jardiniers.. Oups excusez-moi, je rêve tout haut…

Revenons à nos moutons. J’ai également suivi la formation des pies Bavardes sur le calcul des prix et là …. Bouuuuh dure, la réalité qui revient au triple galop😥….

Avoir des objectifs de production

Catastrophe, je ne suis pas dans les objectifs que je m’étais fixé ! L’organisation de ce mois s’est bien faite, mais entre le temps de production, mes envies, ces formations, la matière qui fut créée en début de mois mais pas utilisée comme je le voulais, je m’y perds ! Planifier le mois est une chose, tenir les objectifs en est une autre. Mais il faut du temps pour ajuster tout cela, j’ai eu les yeux plus gros que le ventre pour cette « première », je vais lisser un peu tous ces éléments pour le mois de juillet.

En revanche, ce travail m’a aussi montré des « failles » dont je n’avais pas forcément conscience. Je pensais qu’en prévoyant de faire des carnets, je pourrais utiliser n’importe quel support de matière. Mais en fait, c’est l’inverse qui me stimule. En effet, je peux aujourd’hui affirmer que c’est la matière qui m’inspire des carnets, des reliures, des objets et le non le contraire ! Le fait d’avoir prévu de faire X carnets A6, X carnet 15/15, ne m’inspire pas, alors que d’utiliser un beau tissu teinté à l’avocat oui. Celui-ci ne devra pas être adapté au carnet, c’est le carnet qui s’adaptera au tissu…

Bilan du mois de juin

Seulement un tiers de la production est faite. Grosse, grosse déception  ! Alors soit Mon coté warrior a pris le dessus, soit mon organisation est mauvaise, trop ambitieuse. Une chose est sure, il va falloir redoubler d’efforts pour le mois prochain et ajuster la production.

Bref, mon constat est plutôt mitigé, surtout en matière de production. Je ferai mieux en juillet !😊

j’aime écouter des podcasts pendant que je confectionne mes carnets et celui que je suie depuis quelques jours en rapport à la création d’entreprise c’est celui de Julie. Ça mériterait un article complet sur son travail mais en attentant. Je vous mets le lien pour le découvrir.

Kinoko podcast : https://juliekinoko.fr/category/podcast

Et si vous avez de relire un de mes articles sur mes valeurs en voici un :

Faire son propre papier recyclé : des Valeurs Vert Garance

1 2 3 4