art textile

  • pour l'amour du fil, une toile
    art textile

    Retour sur le salon Pour l’amour du fil (première partie)

    Du 17 au 20 Avril se tenait le salon Pour l’amour du fil à Nantes (44).

    Pour cette 15é édition, des grands noms du domaine de l’Art textile étaient réunis.

    Mais avant tout, Pour l’amour du fil est le rendez-vous incontournable pour celles et ceux qui aiment coudre. Un grand choix de stands de fournitures pour broder, coudre, tisser, s’exprimer avec des matières créatives étaient proposé. Les amoureux du fils pouvaient y trouver leur bonheur, aussi bien dans la rencontre avec d’autres créateurs qu’avec des fournitures actuelles et qualitatives.

    Je fus invitée par Laurence Hesry, du groupe facebook Simply vintage Addict, à participer au Coin des blogueuses.

    Cet espace a été imaginé pour échanger, poser des questions, regarder des démonstrations de blogueuses et instagrameuses actives sur les réseaux sociaux. L’univers du patchwork n’était pas le seul représenté, car s’y trouvait également l’univers des brodeuses, tricoteuses, crocheteuses, couturières.

    Les mots d’ordre de ce Coin des Blogueuses sont convivialités, bonne humeur, rigolades, joie, légèreté. Pour y avoir passé 3 jours, j’ai souvent eu des crampes à la mâchoire et j’en suis ressortie avec une telle énergie, que des idées créatives à réaliser dans les prochains mois n’ont pas manqué de germer.

    Je remercie chaque blogueuse/couturière pour ces bons moments, voici quelques liens d’entre elles :

    Les artistes qui m’ont émus.

    Justine and cow :

    gros coup de cœur pour le travail de Justine qui s’articule à partir de broderie Ancienne. En se basant sur une seule couleur, elle va déconstruire, « débroder », les parties inintéressantes et ne garder que ce qui lui parle. Elle va alors reconstruire la broderie d’origine en y ajoutant des éléments de son cru et ainsi raconter une nouvelle histoire. Celle-ci ne manque pas d’y apporter un sens nouveau ainsi qu’un message puissant. En résulte une œuvre souvent pleine de malice qui s’inscrit entre le mot et cette nouvelle image constituée. C’est malin, pertinent, parfois insolent, mais toujours juste. C’est drôle d’ailleurs de constater cette similitude entre son prénom, Justine, et le mot juste…

    Cecilia Koppman.

    J’ai découvert son travail en janvier. En effet, des réservations pour des ateliers ont été mises en ligne par le salon, et j’ai tout de suite repéré son atelier sur les bols. Etant attirée depuis quelque temps par le volume, c’était certain, j’avais envie de tenter l’expérience ! Malheureusement, dès début février, son cours était complet. Cependant, lors du salon, j’ai pu voir ces grandes œuvres.

    Son travail avec la soie est lumineux. Elle n’hésite pas à la mélanger avec des tissus mats, mais aussi avec d’autres, chatoyants. Elle travaille beaucoup avec les couleurs et les jeux de nuances. J’ai assisté à une présentation où elle échangeait sur son processus de création. J’ai dans mon cœur ressenti beaucoup de chaleur. Pourquoi ? Elle a ce même chemin instinctif que je peux avoir, celui de composer, couper et recomposer.

    Elle travaille sur la chute des formes et la teinture de ses propres tissus, ce qui explique cette variété de couleurs et ces nombreuses nuances. Elle a expliqué avoir commencé à teindre car, dans son pays, en Argentine, elle n’arrivait pas à trouver de beau tissu patchwork. En tous cas bravo Madame pour cette créativité, cette façon de faire du beau avec peu de chose ! J’ai découvert une femme généreuse, prête à échanger malgré notre différence de langue. C’est toujours incroyable d’avoir accès à de grands artistes.

    Mes expositions :  coup de cœur !

    Lea Stensal.

    J’ai découvert pour la première fois son travail lorsque j’étais élève au conservatoire de Paris, il y a plus de 20 ans. Je suis tombée à la fnac sur son livre carnet brodé que j’ai acheté sans me poser de questions. Il m’a accompagné à partir de ce moment et reste toujours d’actualité. Ce livre était mon moment d’évasion, d’une certaine manière, en étant loin de ma famille, il y avait comme quelque chose de familier qui me rappelait ma mère en train de broder.

    L’univers de Léa allait beaucoup plus loin que l’univers de ma maman puisque c’était la première fois que je voyais « en image » toutes ces différentes matières brodées et ce mélange de couleurs. Voir en vrai son travail au salon Pour l’amour du fil m’a procuré une joie immense, ! J’avais, en plus de mon livre et de ses photos, du relief en face de moi à travers ces œuvres physiques. J’ai aussi constaté son évolution en tant qu’artiste puisque les œuvres choisies pour l’occasion permettaient de retracer tout son parcours.

    Elle est sans aucun doute la première à m’avoir montré le chemin de la créativité en textile. Sans que je le sache à l’époque, mon chemin de vie allait m’amener à travailler la matière textile.

    Anne Marie Bertrand.

    C’est un travail tout en finesse que j’ai découvert, travail réalisé en tissu et fil. Ce qui m’a beaucoup touché, c’est le propos qu’elle développe autour du voyage, le fait d’utiliser la matière textile pour nous raconter son expérience de rencontre avec différents lieux. Grand respect pour sa carte sur la Martinique et sa citation d’Aimé Césaire…..

    Dans le prochain article, je continuerai à vous faire par de mes achats, livre et fournitures mais cette fois ci en version Vlog… Alors restez à l’écoute

    Une belle journée à vous et à bientôt

    Édition 2023 : à decouvrir.

     

    NOTA : pour découvrir les univers des artistes citées ci-dessus, cliquez sur leur nom.

     

  • art textile,  design textile

    Collection “Les 4 élements”

    Pour cette première collection de 4 couvertures, je souhaitais partir de symboles chers à mon cœur, des symboles qui ont pu, jusqu’à présent, me guider et me protéger à différents moments et périodes de ma vie. Il ne m’a pas fallu longtemps pour choisir d’interpréter les 4 éléments : L’eau, l’air, le feu, la terre.

    Une Expérience

    Je pouvais partir dans différentes directions, utiliser différentes manières, chercher différentes représentations suivant l’endroit où nous nous situons géographiquement. Ainsi en Bretagne, là ou j’habite, 3 des 4 éléments sont représentés par le Triskel… Mais il manque l’air.

    Les représentations dans le feng-shui rajoutent les éléments métal et bois. Il semble plus complet car en plus de cela, dans cette culture, il nous est expliqué que si nous ne cherchons pas une forme d’équilibre, chaque élément peut détruire l’autre, d’où l’importance de les comprendre en terme de force.

    les 4 éléments
    les 5 éléments Feng shui

    J’ai décidé de faire un mélange de mes connaissances sur le sujet et de mettre en forme ou en couleur ce que m’inspirent les 4 éléments. J’ai veillé à garder un équilibre, une harmonie en réinterprétant les formes de la géométrie sacrée dont les origines remontent aux civilisations anciennes.

    Feu est la première couverture créée.

    Son focus se situe dans le cercle semi caché par les carrés, ce qui pour moi représente la force, la vitalité, et la protection du soleil. Sans soleil, sans cette boule de feu, pas de vie. Le matelassage de cette couverture, en forme vague, symbolise les mirages, ces illusions d’optique qu’on peut voir sur la sable quand la chaleur est trop forte.

    Eau, la deuxième créée est une recherche sur les différentes teintures de bleu. Elle semble très structurée, pourtant en y regardant de près, elle est montée de façon à créer un décalage en partant du centre. Tel un tourbillon, elle nous emporte dans son abîme, impression renforcée par son matelassage en forme de vague.

    les 4 éléments : eau
    Les 4 éléments

    Terre est brûlante et chaleureuse. Les couleurs utilisées sont les couleurs de la terre de mes ancêtres. La présence de triangle intimide et tel les lances de ces fameux ancêtres protègent des intrusions extérieures. Avec Terre, rien ne peut nous arriver, elle est symbole de force intérieure.

    Enfin Air est la dernière née, c’est à peine si on voit ce qu’elle représente. En sa présence nous sommes dans un ciel voilé de nuages, les couleurs sont éthérées. Est-ce une maison au loin ? Air est légère et inspirante. Elle appelle à la contemplation, à la réflexion et pourquoi pas la rêverie.

    les 4 éléments : Air

    Chaque couverture est unique signée. Toutes sont confectionnées pour vous, pour vos besoins alors n’attendez plus prenez contact qu’on puisse échanger sur votre projet.

    les 4 éléments
  • artex et le ré-emploi textile 1
    art textile

    Ré-emploi textile

    700 tonnes par an, c’est ce que collecte chaque année l’entreprise Artex. Sa mission consiste en la revalorisation du textile afin de réduire la masse de déchets.

    Tout d’abord, ces centaines de millier de kilos de textiles sont stockées, puis triées et conditionnées par des salariés, tous en contrat d’insertion. Mais avant ce travail de fourmi, ces vêtements, chaussures et autres linges de maison sont collectés dans des conteneurs disséminés à divers points stratégiques de l’agglomération briochine. Chaque habitant peut donc y déposer les vêtements, draps et autres matières textiles dont il n’a plus l’usage.Chacun participe ainsi au ré-emploi textile, à sa mesure.

    C’est en très grande partie grâce à Artex que nous réussissons à nous fournir en toile metis qui nous sert dans la confection de nos ouvrages.

    Ainsi, une seconde vie est donnée à toute cette matière. D’une manière générale, 95% des textiles peuvent se recycler à partir du moment où la matière récupérée est propre et sèche. Les vêtements, draps, couvertures etc. seront revendus tels qu’ils sont ou bien seront reconditionnés (par exemple coupés pour en faire des chiffons). Même usagés, ils trouveront une fonction soit dans des matériaux d’isolation en étant broyés, soit pour la production de nouveaux textiles en étant défibrés..En bref, les possibilités sont diverses et variées.

    Hélas, seul 18% de ces 700 tonnes de stock pourront être remis à la vente ou recyclés. Le reste de ces déchets partira à la poubelles et a terme, ils fourniront de la matière pour devenir des combustibles solides de récupération.

    De par leur impact environnemental et leur engagement social, même si notre contribution reste modeste dans ce circuit (nous ne leur achetons qu’environ70 kg par an) c’est une fierté que de contribuer, même à petite échelle, au ré-emploi textile en confectionnant nos couvertures, plaids, tentures murales et autres accessoires de décoration pour la maison.

    Une industrie gourmande et polluante.

    L’industrie du textile est une ogresse. Il faut des quantités faramineuses d’eau pour confectionner ne serait-ce qu’un jeans (7000 à 10000 litres). Il se trouve que beaucoup de cette eau sert d’outil de rinçage et des milliers de litres se retrouvent pollués par des teintures industrielles. Des polluants sont donc transportés dans des rivières, puis reposent ensuite dans des nappes phréatiques, contaminant celles-ci et qui, par ricochet, contaminera les personnes qui la consommeront. Si les normes en France et en Europe sont un peu plus drastiques en la matière, en interdisant par exemple l’utilisation du mercure, dans les pays d’Asie notamment, il n’en est pas de même. La fast Fashion provenant de Chine par le biais de grands groupes ne tient pas compte de ces problématiques. C’est pour cela que nous tâchons de ré-utiliser des matières ayant déjà servi, de façon à ne pas aggraver la situation environnementale. Cela nous paraît plus que jamais primordial.

    Nos créations

  • couverture enfant
    art textile,  Fragements de vie

    Août chez Vert Garance, les ateliers vlogs continuent !

    Bien le bonjour à vous qui passez par ici, déjà la mi Août, le temps passe et ici il n’y a pas d’ennui… On pourrait même dire que le rythme de l’entreprenariat s’invite petit à petit dans ma vie même si les résultats visibles sont encore loin de l’être.

    Je garde confiance et les ateliers Vlogs me montrent que j’avance, je fais bel et bien face à la procrastination. Le plus dur dans cette création d’entreprise c’est la solitude, on m’avait pourtant prévenu mais j’avoue que c’est pas facile et surtout en ce mois d’Aout où fournisseurs et partenaires sont en vacances… Allez, haut les cœurs, dans moins d’une semaine on pourra dire “bye bye Aout” et “bonjour septembre”…

    En attendant je vous glisse dans ce message les 2 derniers ateliers vlogs.

  • art textile

    Février 2023 le mois de la recherche

    Mon mois de février est toujours consacré à la recherche et l’expérimentation.

    Cette année j’ai voulu participer à nouveau au défi “recette de tissu” de l’artiste textile Jane Emerson. Mais j’avoue avoir été beaucoup moins inspirée par les thèmes demandés : 28 jours de thèmes, tous différents, imposés. J’ai ressenti une sensation de lourdeur et de survole. Je pense que j’aurais aimé choisir un thème et pouvoir l’approfondir, pouvoir créer plusieurs versions jusqu’à satisfaction. Le fait d’avoir un thème par jour n’était pas du tout agréable là où l’année dernière j’étais plus inspiré et sur lequel je m’étais lâchée. Cette année, j’ai donc ressenti beaucoup de frustration et à la fois je suis heureuse d’avoir été au bout et de pouvoir analyser le négatif du positif. Cela signifie que j’ai évolué dans le bon sens et qu’aujourd’hui, j’ai juste plus d’exigence dans ma façon de créer autour du textile.

    Une autre problématique que j’ai rencontrée, ce mois-ci, a été le fait d’avoir voulu développer ce que sera mon entreprise.

    Répondre à :

    • quoi : qu’est-ce que je vais proposer sachant que j’ai plein de possibilités, de savoir-faire et que tout me passionne autour de l’univers du textile.
    • Pour qui : cela m’a pris beaucoup de temps et je n’ai toujours pas de réponse clair.

    Alors peut-être qu’il faut, comme ce blog, commencer quelque part, les choses s’affineront avec le temps. Mais j’avoue que cette situation est un peu déstabilisante. Mars arrive, il me restera un mois pour expérimenter ce que je veux proposer. j’aimerais vraiment que la situation s’éclaircisse (Ma bonne fée où es-tu?). j’ai besoin de partir de mon emploi actuel qui m’empêche d’avancer ! Un peu comme si, étant un le chemin, je me retrouve (au figuré) devant 4 sentiers assez sombres sans savoir lequel prendre.

    Je ne vois aucun souci et accepte que tout ne soit pas clair, je suis sur la dernière ligne droite, celle du choix, et en dédramatisant je suis juste à un carrefour de ma vie, quoi! Car finalement tout est histoire de choix. Alors avec joie je dis, bonjour à Mars, je me prépare à accueillir toutes les opportunités qui vont se présenter à moi avant la fin de mon CDD le 31 du mois.

    page3