Noël 2020 chez vert garance

Posté dans : création entreprise 0
dav

Préparation Noël
Il était une fois une période chamboulée.

Une période qui pourtant devait être placée sous le signe de l’espoir.

Eh oui, ce dernier trimestre c’est, il faut le dire, celui qui représente 70 % de mon chiffre d’affaires annuel. Mais voilà qu’à nouveau ce vilain petit virus réapparaît et bloque les espoirs que j’avais en cette période de l’année.
1/la préparation de l’avant Noël.
En général, c’est vers septembre que je travaille sur la production, la communication et la distribution de mes carnets. Étant donné que mon entreprise est toute jeune, je manque encore de repères. La première année fut formatrice, la seconde une première mise en place concrète. Cette année, j’ai donc anticipé pas mal d’aspects « techniques » et j’avais donc une « longueur d’avance » par rapport à l’année dernière. J’avais en effet  :

1- acquis plus de connaissances sur l’entrepreneuriat
2 – prévu des idées de design et des objectifs de production
3 – prévu des débuts de ventes dans des boutiques (donc enfin une façon de faire voir mon travail et de le distribuer)
4 – planifier une vision des tâches à effectuer durant plusieurs semaines.

Début octobre, me voilà donc installée dans une boutique de créateurs et j’en prévoyais d’autres courant novembre. De bien belles choses se mettaient en perspective.

2/ un rythme cassé.

C’est certain, cette pandémie est une vraie catastrophe pour certains, et malheureusement j’en fais partie. Cette épidémie ne me fait pas peur car je crois aux forces de la nature, c’est-à-dire que je crois en une force supérieure à l’être humain. Pour moi, cette pandémie arrive à cause d’un déséquilibre naturel créé par l’homme lui-même. En gros, pour faire court, la nature crée mais elle a aussi le pouvoir de reprendre, de nettoyer, de réguler. j’accepte ma condition. Ce que j’ai beaucoup de mal à accepter, c’est cette gestion de crise à un moment de vie où nous pourrions tous être égaux. Les inégalités se creusent, mais au profit de quoi, de qui ? Au profit de ces mêmes personnes qui pillent les richesses de notre planète sans vergogne, sans se préoccuper du vivant. On nous fait croire que c’est pour nous protéger, mais non, c’est pour nous  enlever des libertés, notamment celle d’expression, afin de faire passer leurs profits avant tout.

3/alors quoi ?

je refuse de disparaître sans m’exprimer. Dans mon quotidien il y a parfois des pleurs. Cette situation est angoissante. J’ai du mal à accepter que quelqu’un me l’impose et par la même occasion l’impose à mes enfants. Je refuse de me taire. Je refuse de contenir ma colère. Je refuse d’arrêter de confectionner des carnets, ces outils si cher à mon cœur.

4/ instinct de survie

Au fond de moi, j’ai très peur de l’avenir, car je sais que je suis un petit microbe sans trop de défense immunitaire, car toute seule, car marginale dans mes produits, des carnets fait main, lentement, face aux carnets qu’on trouve en grande surface. Les miens sont loin de faire le poids. Leur vente est loin de faire vivre ma famille, mais je me dois pour l’instant de ne pas perdre cette petite lueur au bout du tunnel pour ma famille : instinct de survie.

En attendant, pour pallier cette peur, avec les enfants on « crabouille » sur du papier tous les jours pour exprimer qu’on est là, qu’on est vivant. Je récupère des bouts de papier par-ci par-là dans des livres, dans des cahiers. Cette matière deviendra bientôt ma matière première pour de prochains carnets, encore plus responsables, encore plus en respect avec la nature. Je me dis que si je n’ai plus de papier vierge pour écrire, dessiner, utiliser des pages de livres est sûrement l’occasion de repenser un nouveau carnet plus innovant. Et toujours plus protecteur de l’environnement. Ça amène aussi à repenser à la notion de production de productivité. Alors histoire à suivre …

Tadam

N’hésitez pas à venir faire un tour à la boutique pour rencontrer de nombreux créateurs.

Bilan du mois de juin : travaille la matière – Vert Garance

Posté dans : création entreprise 0
bilan juin

Travailler la matière

La création d’entreprise est un long chemin de croix. Pour être sûr d’avancer, il est important de structurer et de fixer des objectifs (surtout pour une personne comme moi😋) afin de ne pas se perdre en chemin. Voici mon bilan pour le mois de juin qui vient de s’achever.

Mes objectifs pour le mois de juin étaient les suivants.

Le premier concernait ma présence sur les réseaux sociaux. Ils sont incontournables aujourd’hui pour toute entrepreneure, j’ai donc décidé de ne pas les négliger. En juin, j’ai réussi à être plus présente en story sur instagran en publiant de nombreux contenus. J’ai réinvesti Facebook, en créant une nouvelle page sur laquelle personne ne me suit (pour l’instant). L’important était de la créer, c’est chose faite. Je n’aime pas ce réseau, mais comme je le disais, c’est aujourd’hui incontournable.

Je voulais maintenir mon rythme d’écriture sur le blog et j’ai pris beaucoup de plaisir à raconter qui je suis, ce que je fais, les obstacles qui sont les miens, mes victoires aussi. Cela illustre mon métier je pense, c’est important pour moi de transmettre un peu de mon expérience. C’est vrai, pour le moment, tout cela part un peu dans tous les sens, et le rythme n’est pas encore régulier, mais je suis persuadée que cela constitue un puzzle dont je ne connais pas encore l’image finale. Jy prends du plaisir. Il ne faut pas que j’arrête en si bon chemin.

Mon bilan de juin est donc plutôt positif dans ces deux cas.

Pour le mois de juillet.

Pour le mois à venir, je vais poursuivre les efforts et trouver du contenu à offrir. J’aimerai tellement pouvoir échanger avec des humains ! Être derrière son écran, ça a du bon, ça protège un peu, mais je m’y sens seule. Échanger avec vous me ferait véritablement plaisir.

Au-delà de ces aspects « ordinateurs », il faut que je sois plus plus organisée sur les tâches à accomplir au sein de mon entreprise. Je suis ravie d’avoir découvert des outils de gestion comme Trello par exemple. Cet outil me permet de planifier mes taches, d’avoir une visibilité sur une échéance donnée. Ça m’aide à bien structurer mes tâches, leur déroulement, et de visualiser si je suis dans le bon tempo. De la même façon, mais dans un autre registre, je me sers de canvas pour mes stories et contenus sur instagram. Le gain de temps est appréciable une fois que l’appli est maîtrisée.

Une nouvelle fois, mon bilan du mois de juin s’avère assez positif.

Ce n’était pas prévu en juin, mais…

J’ai aussi suivi des formations gratuites sur facebook. Elles m’ont été plutôt bénéfiques ! J’ai commencé avec les Merakis. Cette formation m’a donné une vision sur le long terme, de ce que je veux pour mon entreprise et pour moi-même. Je n’avais qu’une vision restreinte et à court terme (je ne visualisais jamais plus loin que dans le mois à venir).

Penser et me dire que dans 10 ans j’aimerai être propriétaire d’un petit atelier de confection fut une révélation. C’est effectivement ce que je souhaite (et je l’ai d’une certaine façon toujours souhaité) : posséder un lieu dédié à l’art du livre, du carnet, où j’exposerai des petits accessoires tous fais à la main (matière et objet), où je proposerai des ateliers autour des techniques que sont la reliure, la broderie, la teinture naturelle, l’ecoprint, le papier recyclé…

À long terme donc, j’aimerai proposer aussi des ateliers pour transmettre aux gens l’envie de faire eux-même leurs carnets, mais j’aimerai également proposer des ateliers d’écriture et de dessin. Et puis, soyons fou, allons encore plus loin, cet atelier serait dans un « tout » qui fédérerait d’autres domaines comme, par exemple, l’édition, l’imprimerie, le design textile et papier. Il pourrait même y avoir un jardin de plantes tinctoriales et pourrait donc accueillir des paysagistes, des jardiniers.. Oups excusez-moi, je rêve tout haut…

Revenons à nos moutons. J’ai également suivi la formation des pies Bavardes sur le calcul des prix et là …. Bouuuuh dure, la réalité qui revient au triple galop😥….

Avoir des objectifs de production

Catastrophe, je ne suis pas dans les objectifs que je m’étais fixé ! L’organisation de ce mois s’est bien faite, mais entre le temps de production, mes envies, ces formations, la matière qui fut créée en début de mois mais pas utilisée comme je le voulais, je m’y perds ! Planifier le mois est une chose, tenir les objectifs en est une autre. Mais il faut du temps pour ajuster tout cela, j’ai eu les yeux plus gros que le ventre pour cette « première », je vais lisser un peu tous ces éléments pour le mois de juillet.

En revanche, ce travail m’a aussi montré des « failles » dont je n’avais pas forcément conscience. Je pensais qu’en prévoyant de faire des carnets, je pourrais utiliser n’importe quel support de matière. Mais en fait, c’est l’inverse qui me stimule. En effet, je peux aujourd’hui affirmer que c’est la matière qui m’inspire des carnets, des reliures, des objets et le non le contraire ! Le fait d’avoir prévu de faire X carnets A6, X carnet 15/15, ne m’inspire pas, alors que d’utiliser un beau tissu teinté à l’avocat oui. Celui-ci ne devra pas être adapté au carnet, c’est le carnet qui s’adaptera au tissu…

Bilan du mois de juin

Seulement un tiers de la production est faite. Grosse, grosse déception  ! Alors soit Mon coté warrior a pris le dessus, soit mon organisation est mauvaise, trop ambitieuse. Une chose est sure, il va falloir redoubler d’efforts pour le mois prochain et ajuster la production.

Bref, mon constat est plutôt mitigé, surtout en matière de production. Je ferai mieux en juillet !😊

j’aime écouter des podcasts pendant que je confectionne mes carnets et celui que je suie depuis quelques jours en rapport à la création d’entreprise c’est celui de Julie. Ça mériterait un article complet sur son travail mais en attentant. Je vous mets le lien pour le découvrir.

Kinoko podcast : https://juliekinoko.fr/category/podcast

Et si vous avez de relire un de mes articles sur mes valeurs en voici un :

Faire son propre papier recyclé : des Valeurs Vert Garance