couverture junk journal

Les pièges à éviter et conseils pour la technique du Junk-journal

Éviter les pièges du junk journal et autres conseils

Le Junk-journal, traduit littéralement par « journal poubelle » est une discipline artistique apparue aux États-Unis. Pour en lire davantage sur cette technique je vous renvoie à l’article précédemment écrit il y a quelques mois : Qu’est-ce qu’un Junk journal

Qui dit « poubelle » dit travail avec des matériaux de récupération. Oui ! Mais ce n’est pas une raison d’y mettre tout et n’importe quoi qui aurait pour résultat un rendu trop surchargé !

Je défends corps et âme le fait de fabriquer des objets à la main. Par conséquent, cela implique que chaque œuvre que nous créons est là pour durer dans le temps. Elle devient le témoignage d’un moment donné. Je défends très fortement le fait d’incorporer des matières récupérées, des matières qui ont déjà une histoire passée, et de m’amuser avec pour créer,modifier, revisiter celle-ci afin de créer un équilibre entre l’ancien et le nouveau.

 

Ce qui fera la différence :

Mes 5 incontournables où je ne lésinerai pas sur la qualité

 

  1. -Les papiers et pages de livres illustrés,
  2. -Les cartons de couverture,
  3. -La colle papier et textile,
  4. -Le fil de reliure,
  5. -L’aiguille (si j’utilise la machine à coudre).

 

Les 5 points qui font pour moi le petit plus dans une création :

 

  1. -Avoir les bons gestes de teinture, que cela soit en teinture naturelle ou teinture du commerce, sur papier ou tissu.
  2. -Utiliser le bon grammage de papier suivant le résultat voulu (couture, broderie, ou teinture).
  3. -Connaître les différentes fibres textiles pour les coudre, broder, transformer.
  4. -Utiliser les bonnes encres, que cela soit pour l’impression imprimante ou tampon.
  5. -Avoir conscience des couleurs utilisées

 

Mes bons plans récup’ :

 

Pour les papiers, les solderies sont parfois des cavernes d’Ali Baba. On y trouve régulièrement, si vous prenez la peine de chercher un peu, des ramettes A3, A4, certaines fois des papiers imprimés scrapbooking ou non, mais également toutes sortes de carnets qu’on peut débrocher (terme en reliure signifiant découdre un livre) pour les recomposer et agencer comme on le souhaite dans un junk (carnets lignés ou non, carnets à point, carnets illustrés, cahiers d’écolier, chemise…).

Pour les tissus, ma préférence va à la récupération de vêtements dont les motifs souvent petits sont appropriés aux dimensions de carnets. On peut y récupérer, boutons et dentelle.

Pour les cuirs, il existe des magasins qui vendent au poids des chutes de cuir très bon marché et très qualitative, dont l’avantage est de posséder là aussi des dimensions idéales. Mon adresse préférée est en Dordogne, j’y passe une fois par an lorsque je visite ma maman (l’usine Jarverlac)

Donner du sens et de la valeur à la création voilà l’importance, la vigilance que l’on doit avoir lorsque qu’on se met à l’ouvrage. Et pour vous, quels sont vos incontournables quand vous créez ?

Vous trouverez des ressources sur le junk-journal sur ma chaîne youtube : Marielle béguinel

Sinon venez me faire un coucou sur mon Instagram : Vert garance

piéges junk journal

Noël 2020 chez vert garance

Posté dans : création entreprise 0
dav

Préparation Noël
Il était une fois une période chamboulée.

Une période qui pourtant devait être placée sous le signe de l’espoir.

Eh oui, ce dernier trimestre c’est, il faut le dire, celui qui représente 70 % de mon chiffre d’affaires annuel. Mais voilà qu’à nouveau ce vilain petit virus réapparaît et bloque les espoirs que j’avais en cette période de l’année.
1/la préparation de l’avant Noël.
En général, c’est vers septembre que je travaille sur la production, la communication et la distribution de mes carnets. Étant donné que mon entreprise est toute jeune, je manque encore de repères. La première année fut formatrice, la seconde une première mise en place concrète. Cette année, j’ai donc anticipé pas mal d’aspects « techniques » et j’avais donc une « longueur d’avance » par rapport à l’année dernière. J’avais en effet  :

1- acquis plus de connaissances sur l’entrepreneuriat
2 – prévu des idées de design et des objectifs de production
3 – prévu des débuts de ventes dans des boutiques (donc enfin une façon de faire voir mon travail et de le distribuer)
4 – planifier une vision des tâches à effectuer durant plusieurs semaines.

Début octobre, me voilà donc installée dans une boutique de créateurs et j’en prévoyais d’autres courant novembre. De bien belles choses se mettaient en perspective.

2/ un rythme cassé.

C’est certain, cette pandémie est une vraie catastrophe pour certains, et malheureusement j’en fais partie. Cette épidémie ne me fait pas peur car je crois aux forces de la nature, c’est-à-dire que je crois en une force supérieure à l’être humain. Pour moi, cette pandémie arrive à cause d’un déséquilibre naturel créé par l’homme lui-même. En gros, pour faire court, la nature crée mais elle a aussi le pouvoir de reprendre, de nettoyer, de réguler. j’accepte ma condition. Ce que j’ai beaucoup de mal à accepter, c’est cette gestion de crise à un moment de vie où nous pourrions tous être égaux. Les inégalités se creusent, mais au profit de quoi, de qui ? Au profit de ces mêmes personnes qui pillent les richesses de notre planète sans vergogne, sans se préoccuper du vivant. On nous fait croire que c’est pour nous protéger, mais non, c’est pour nous  enlever des libertés, notamment celle d’expression, afin de faire passer leurs profits avant tout.

3/alors quoi ?

je refuse de disparaître sans m’exprimer. Dans mon quotidien il y a parfois des pleurs. Cette situation est angoissante. J’ai du mal à accepter que quelqu’un me l’impose et par la même occasion l’impose à mes enfants. Je refuse de me taire. Je refuse de contenir ma colère. Je refuse d’arrêter de confectionner des carnets, ces outils si cher à mon cœur.

4/ instinct de survie

Au fond de moi, j’ai très peur de l’avenir, car je sais que je suis un petit microbe sans trop de défense immunitaire, car toute seule, car marginale dans mes produits, des carnets fait main, lentement, face aux carnets qu’on trouve en grande surface. Les miens sont loin de faire le poids. Leur vente est loin de faire vivre ma famille, mais je me dois pour l’instant de ne pas perdre cette petite lueur au bout du tunnel pour ma famille : instinct de survie.

En attendant, pour pallier cette peur, avec les enfants on « crabouille » sur du papier tous les jours pour exprimer qu’on est là, qu’on est vivant. Je récupère des bouts de papier par-ci par-là dans des livres, dans des cahiers. Cette matière deviendra bientôt ma matière première pour de prochains carnets, encore plus responsables, encore plus en respect avec la nature. Je me dis que si je n’ai plus de papier vierge pour écrire, dessiner, utiliser des pages de livres est sûrement l’occasion de repenser un nouveau carnet plus innovant. Et toujours plus protecteur de l’environnement. Ça amène aussi à repenser à la notion de production de productivité. Alors histoire à suivre …

Tadam

N’hésitez pas à venir faire un tour à la boutique pour rencontrer de nombreux créateurs.

Acheter un carnet de créateur

Posté dans : Fragements de vie 0

Pourquoi acheter un carnet de créateur ?

Si vous avez lu mon article précédent Les différentes fonctions du carnet, vous devez absolument lire celui-ci. Pourquoi acheter un carnet de créateur alors que des carnets, vous pouvez en acheter partout dans le commerce. Quelles sont les spécificités du carnet de créateur ? Quelles sont les différences fondamentales entre un carnet lambda et un carnet fait-main ? Qu’est-ce que cela implique d’en acheter un ? Je vous explique tout cela du mieux que je peux.

Carnet du commerce ou carnet de créateur ?

Tout le monde a le choix. Une personne peut choisir d’acheter un carnet lambda dans une grande surface ou une papeterie. Mais avec le temps, sa solidité, sa fiabilité est souvent mise à mal et des feuilles finissent trop souvent par se décoller. Il s’agit là de carnets pas chers, certes, mais cela implique une qualité moindre.

Il est alors possible de choisir l’aspect inverse et investir dans les « grandes marques » (je pense à Moleskine, leuchttrum). Ces carnets sont solides, robustes, mais très (trop ?) classique. Ils sont tous semblables et, c’est vrai, un peu trop “lisses”. Il vous reste alors une troisième solution : choisir de travailler, d’écrire, de jouer avec des carnets de créateurs. C’est évidemment ce que je défends.

En quoi est-ce « génial » de posséder un carnet de créateur ?

Premier point, et pas des moindre, ce carnet est unique ! C’est vrai qu’il sera plus onéreux que ceux achetés dans le commerce, mais il possède plusieurs qualités ou valeurs. La première concerne l’éthique : éthique de fabrication, de rigueur, de choix de matériaux respectueux de l’environnement ou limitant l’empreinte carbone dans sa conception (matériaux recyclés, teintures végétales faites main, avec les fleurs de mon jardin etc)… Il possède de plus un savoir-faire technique et est réalisé, de sa conception à sa commercialisation, par l’ « Homme » (et pas par la machine).

Vous valorisez, en achetant un carnet de créateur, la valeur-travail (et le travail bien fait même si des imperfections, qui lui confèrent une âme, subsistent), le respect d’une tradition remise au goût du jour, le savoir-faire d’un artisan artiste.

Cela peut paraître anecdotique, mais écrire dans un carnet de créateur, c’est aussi un exercice ludique. Vous écrirez sur différentes matières de papiers, sur des formats qui ne sont pas forcément standards (et en plus vous pourrez même partir à la recherche des imperfections qui donnent de l’âme aux objets faits main!).

carnet de createur

Mes créations.

Les carnets que je crée sont nés de mes envies d’expérimenter. Ils sont le fruit de mes besoins de toujours découvrir et d’assembler de nouvelles matières. C’est en expérimentant, en combinant mes savoir-faire que j’ai eu l’idée de relier différentes matières, différentes textures etc. Je crois également que de tels carnets peuvent vous permettre d’explorer votre créativité, vos envies en suivant, pourquoi pas, la courbe d’une feuille qui aura laissé son empreinte sur le papier.

Je me sers, pour confectionner des carnets robustes, de ma formation de reliure classique (gage de solidité, de robustesse mais également d’amour du travail bien fait) pour créer des carnets alliant modernité et tradition. Aucune frontière ne s’impose dès que vous l’avez entre les mains ! Vous pouvez y écrire, dessiner, collecter des images, gribouiller, poétiser, coller des photos, bref, il vous appartient et vous pouvez en faire ce que bon vous semble !

Mon expérience personnelle de «carnet addict ».

J’utilise le carnet quotidiennement, qu’il me serve d’outil de développement personnel, d’organiseur, de collecteur d’idées (qui parfois arrivent très vites dans ma tête et qui peuvent repartir aussi vite qu’elles sont venues). Le carnet me permet de laisser une trace, de mieux apprendre à m’organiser, de mieux comprendre le monde qui m’entoure.

Pendant la période du coronavirus, sans le carnet, j’aurai sombré dans la noirceur de la vie, c’est certain. Quant au carnet artistique, livre-objet et œuvre d’art, il me permet de n’avoir aucune limite sur ma créativité et d’arrêter le temps. C’est d’une jouissance exquise😉

Et vous, êtes-vous « carnet addict » ?

Comment le vivez-vous ?

N’hésitez pas à me faire une demande si vous désirez acquérir un de mes carnets ou si vous souhaitez passer une commande particulière (je suis disponible pour vous confectionner le carnet dont vous rêvez!). Dans les deux cas, c’est avec plaisir que je vous proposerai le carnet qui correspond à vos envies et à vos besoins.