Bilan du mois de juin : travaille la matière – Vert Garance

Posté dans : création entreprise 0
bilan juin

Travailler la matière

La création d’entreprise est un long chemin de croix. Pour être sûr d’avancer, il est important de structurer et de fixer des objectifs (surtout pour une personne comme moi😋) afin de ne pas se perdre en chemin. Voici mon bilan pour le mois de juin qui vient de s’achever.

Mes objectifs pour le mois de juin étaient les suivants.

Le premier concernait ma présence sur les réseaux sociaux. Ils sont incontournables aujourd’hui pour toute entrepreneure, j’ai donc décidé de ne pas les négliger. En juin, j’ai réussi à être plus présente en story sur instagran en publiant de nombreux contenus. J’ai réinvesti Facebook, en créant une nouvelle page sur laquelle personne ne me suit (pour l’instant). L’important était de la créer, c’est chose faite. Je n’aime pas ce réseau, mais comme je le disais, c’est aujourd’hui incontournable.

Je voulais maintenir mon rythme d’écriture sur le blog et j’ai pris beaucoup de plaisir à raconter qui je suis, ce que je fais, les obstacles qui sont les miens, mes victoires aussi. Cela illustre mon métier je pense, c’est important pour moi de transmettre un peu de mon expérience. C’est vrai, pour le moment, tout cela part un peu dans tous les sens, et le rythme n’est pas encore régulier, mais je suis persuadée que cela constitue un puzzle dont je ne connais pas encore l’image finale. Jy prends du plaisir. Il ne faut pas que j’arrête en si bon chemin.

Mon bilan de juin est donc plutôt positif dans ces deux cas.

Pour le mois de juillet.

Pour le mois à venir, je vais poursuivre les efforts et trouver du contenu à offrir. J’aimerai tellement pouvoir échanger avec des humains ! Être derrière son écran, ça a du bon, ça protège un peu, mais je m’y sens seule. Échanger avec vous me ferait véritablement plaisir.

Au-delà de ces aspects « ordinateurs », il faut que je sois plus plus organisée sur les tâches à accomplir au sein de mon entreprise. Je suis ravie d’avoir découvert des outils de gestion comme Trello par exemple. Cet outil me permet de planifier mes taches, d’avoir une visibilité sur une échéance donnée. Ça m’aide à bien structurer mes tâches, leur déroulement, et de visualiser si je suis dans le bon tempo. De la même façon, mais dans un autre registre, je me sers de canvas pour mes stories et contenus sur instagram. Le gain de temps est appréciable une fois que l’appli est maîtrisée.

Une nouvelle fois, mon bilan du mois de juin s’avère assez positif.

Ce n’était pas prévu en juin, mais…

J’ai aussi suivi des formations gratuites sur facebook. Elles m’ont été plutôt bénéfiques ! J’ai commencé avec les Merakis. Cette formation m’a donné une vision sur le long terme, de ce que je veux pour mon entreprise et pour moi-même. Je n’avais qu’une vision restreinte et à court terme (je ne visualisais jamais plus loin que dans le mois à venir).

Penser et me dire que dans 10 ans j’aimerai être propriétaire d’un petit atelier de confection fut une révélation. C’est effectivement ce que je souhaite (et je l’ai d’une certaine façon toujours souhaité) : posséder un lieu dédié à l’art du livre, du carnet, où j’exposerai des petits accessoires tous fais à la main (matière et objet), où je proposerai des ateliers autour des techniques que sont la reliure, la broderie, la teinture naturelle, l’ecoprint, le papier recyclé…

À long terme donc, j’aimerai proposer aussi des ateliers pour transmettre aux gens l’envie de faire eux-même leurs carnets, mais j’aimerai également proposer des ateliers d’écriture et de dessin. Et puis, soyons fou, allons encore plus loin, cet atelier serait dans un « tout » qui fédérerait d’autres domaines comme, par exemple, l’édition, l’imprimerie, le design textile et papier. Il pourrait même y avoir un jardin de plantes tinctoriales et pourrait donc accueillir des paysagistes, des jardiniers.. Oups excusez-moi, je rêve tout haut…

Revenons à nos moutons. J’ai également suivi la formation des pies Bavardes sur le calcul des prix et là …. Bouuuuh dure, la réalité qui revient au triple galop😥….

Avoir des objectifs de production

Catastrophe, je ne suis pas dans les objectifs que je m’étais fixé ! L’organisation de ce mois s’est bien faite, mais entre le temps de production, mes envies, ces formations, la matière qui fut créée en début de mois mais pas utilisée comme je le voulais, je m’y perds ! Planifier le mois est une chose, tenir les objectifs en est une autre. Mais il faut du temps pour ajuster tout cela, j’ai eu les yeux plus gros que le ventre pour cette « première », je vais lisser un peu tous ces éléments pour le mois de juillet.

En revanche, ce travail m’a aussi montré des « failles » dont je n’avais pas forcément conscience. Je pensais qu’en prévoyant de faire des carnets, je pourrais utiliser n’importe quel support de matière. Mais en fait, c’est l’inverse qui me stimule. En effet, je peux aujourd’hui affirmer que c’est la matière qui m’inspire des carnets, des reliures, des objets et le non le contraire ! Le fait d’avoir prévu de faire X carnets A6, X carnet 15/15, ne m’inspire pas, alors que d’utiliser un beau tissu teinté à l’avocat oui. Celui-ci ne devra pas être adapté au carnet, c’est le carnet qui s’adaptera au tissu…

Bilan du mois de juin

Seulement un tiers de la production est faite. Grosse, grosse déception  ! Alors soit Mon coté warrior a pris le dessus, soit mon organisation est mauvaise, trop ambitieuse. Une chose est sure, il va falloir redoubler d’efforts pour le mois prochain et ajuster la production.

Bref, mon constat est plutôt mitigé, surtout en matière de production. Je ferai mieux en juillet !😊

j’aime écouter des podcasts pendant que je confectionne mes carnets et celui que je suie depuis quelques jours en rapport à la création d’entreprise c’est celui de Julie. Ça mériterait un article complet sur son travail mais en attentant. Je vous mets le lien pour le découvrir.

Kinoko podcast : https://juliekinoko.fr/category/podcast

Et si vous avez de relire un de mes articles sur mes valeurs en voici un :

Faire son propre papier recyclé : des Valeurs Vert Garance

noire

Peut-on réussir sa carrière en tant que personne noire ?

Posté dans : Fragements de vie 0

Je m’interroge sur la condition des femmes noires…

… en particulier quand, comme moi, elles sont noires et plasticiennes. Bref, peut-on réussir quand on est noire et plasticienne ? Peuvent-elles réussir dans notre pays, ou dans tout autre pays à dominante blanche/caucasienne ? Cette question intervient dans cette période de faits horribles d’actualités, mais pas uniquement. En effet, ayant été danseuse puis artiste de cirque, en plus de simple citoyenne française, née à Paris, ma carrière a toujours eu du mal à « décoller ». Est-ce un frein dû à ma négritude ou bien quelque chose de plus profond, un manque de confiance inspiré par ma couleur de peau ?

L’histoire de George Floyd ou Adama Traoré.

Je ne sais pas si les deux événements ont tant en commun que cela. L’un était Français, l’autre Américain. Tous deux étaient noirs. Tous deux sont morts. Après un « contact » avec la police. La mort d’Adama Traoré en revanche reste sans réponses claires, tandis que celle de George Floyd a été filmée, ne laissant aucun doute quant aux causes de son décès. Tous les noirs savent que leur couleur est une cause certaine de contrôle plus ou moins poussé de la police. J’en ai personnellement fait les frais.

Tout comme du racisme « ordinaire ». Même au sein de ma propre famille. Parce que j’ai été adoptée étant enfant, par une famille blanche (mes parents biologiques sont martiniquais), ce qui n’empêchaient pas certains propos très limites de s’inviter à table, en famille. Le quotidien quoi. Les effets sur moi, quant à ma couleur de peau, ont toujours eu des racines profondes, sur ma confiance en moi, sur ma condition de personnes. Celles-ci font qu’aujourd’hui, plus que jamais, je m’interroge.

peinture sur bois, Vert Garance

livre objet, Vert Garance

Livre textile, Vert Garance

La danse et le cirque.

Je n’ai pas véritablement percé dans la danse. Je me suis sabordée toute seule, comme une grande (consciemment ou inconsciemment), alors que j’étais au conservatoire de Paris. Pourtant, j’en avais bavé pour arriver-là. Mais les mauvaises fréquentations. Bref… Au cirque, ça a mieux marché, mais j’ai subi le racisme sous une forme plutôt étrange, notamment quand j’apprenais la technique de fildefériste. Un de mes professeurs voulait que je fasse une Joséphine Baker sur fil, avec ceinture de banane et tout le toutim. J’ai refusé, évidemment. Puis en auditionnant pour une école célèbre de cirque, en France, je suis persuadé d’avoir été évincé parce que je ne faisais pas « couleur locale ».

Ces refus et échecs ne m’ont pas empêché de créer mes spectacles et de vivre de mon art pendant des années. Aujourd’hui, je suis plasticienne relieuse, créatrice de carnets sensuels et ludiques. Et je m’interroge énormément sur les freins liés à ma couleur. En effet, très peu de gens de couleur percent dans le domaine de la création. Il suffit pour s’en convaincre de jeter un œil sur les réseaux sociaux ou les boutiques de créateurs. C’est blanc de chez blanc, plus blanc que si c’était lavé avec Omo !

Le regard que l’on nous porte et celui que nous nous portons nous-même.

Alors cela vient-il de moi et d’un « délire » de persécution ou du regard que les autres me portent ? Sans doute des deux. Être noire, c’est ne pas être prise au sérieux, encore moins quand on est une artiste. Être noire, c’est devoir se justifier, en permanence. Cela vaut évidemment aussi au masculin. Je pense aussi que quelque chose s’installe en nous dès l’enfance, un sentiment qui ne nous quitte jamais vraiment, qui peut s’intensifie lorsque nous subissons une fouille au corps tandis que la personne qui nous accompagne, une blanche, ne doit que tendre sa carte d’identité.

Pourtant, je suis fière de mes origines, de ma négritude. Je suis fière également d’être maman de trois enfants, métisses. Je me dis qu’eux auront sans doute la chance de ne pas subir, grâce à ce qui se passe actuellement, les mêmes sortes de contrôle au faciès. Surtout pas à cause d’un détail de pigmentation de leur peau. Ma couleur m’inspire des œuvres, des peintures, des « illustrations » dans mes carnets, tout un imaginaire également, sans pourtant remettre en cause ma capacité à faire de la reliure, aussi bien, peut-être mieux, que certains autres de couleur blanche. Pourtant, eux, se verront ouvrir plus de portes. C’est injuste, mais je continuerai mes créations parce qu’elles font partie de moi, qu’elles sont moi.

Alors, peut-on réussir quand on est une femme noire et plasticienne ? je n’en sais rien, mais je me battrais pour et, peut-être, réussirai-je moi aussi ?

Podcast sur le sujet : travail (en cours)

https://louiemedia.com/travail-en-cours/10-injonction-pedagogie

La genèse du livre objet :

visage incrusté, “Carnet Afrique”

Peinture sur toile, Vert Garance

negritude
papier recyclé

Faire son propre papier recyclé : des Valeurs Vert Garance

Histoire et papier recyclé

Pouvoir fabriquer son propre papier recyclé pour certaine couverture de carnet est une très grande satisfaction. Mais avant de vous en parler plus en détail commençons par comprendre d’où vient le papier.

Vous avez dit papier?

Le processus de fabrication du papier a évolué depuis des siècles et des siècles, mais il faut savoir que le papier est apparu en 105 après Jésus-Christ. C’est une invention Chinoise.  Le papier arrive en Europe au 11e siècle  et il va détrôner petit à petit le parchemin (défini de parchemin…. ). La fabrication du papier a fait beaucoup de mal à la nature😥. Les forêts, dont le bois des arbres permet la fabrication du papier, ont été saccagées au fil du temps afin de subvenir à nos besoins sans cesse grandissant.

Revenir à une démarche de « fabrication » de papier maison est quelque chose d’important pour moi. Fabriquer son propre papier n’est pas très difficile en soi, surtout concernant mes besoins relativement restreints de cette matière. En effet, j’en utilise essentiellement sur mes couvertures, ou sur mes intérieurs de carnets.

Cela me permet donc d’avoir des papiers personnalisés, façonnés main (et réalisés sans devoir acheter de la nouvelle matière). Cela s’inscrit dans la globalité de ma démarche, dans le sens où je fais avec ce que j’ai sous la main, en maximisant la démarche de recyclage et d’éco-responsabilité, et non la consommation à outrance. Qui plus est, recycler du vieux papier, voir du chiffon, comme au siècle d’avant donne une âme à mes carnets à travers ces éléments personnalisés et, cela va de soi, uniques.

 

Le papier recyclé, un bonheur de fabrication

La création du papier est une activité riche d’enseignements. J’y apprends les façons de récupérer les matières, ou bien, si je fais du papier végétal, de la manière de récupérer et de préparer les végétaux avant leur transformation. En plus, je peux y incruster des végétaux visibles, ce qui demande encore une acquisition de connaissances. Par exemple, pour une couverture, je peux y incruster de la fibre de laine, des paillettes, et je peux également varier les couleurs avec des pigments naturels. Moi, j’aime travailler sur des couleurs naturelles qui ne dépareillent pas par rapport aux livres que je récupère.

je fabrique donc mon papier recyclé pour mes couvertures. En terme de matériel, j’ai besoin de peu de choses, simplement une bassine où les différents papiers vont tremper. J’ai besoin de couverture de laine pour faire sécher mes papiers. J”utilise également un vieux mixeur pour mixer les fibres entre elles et j’ai construit moi-même mes cadres. Dessus, je couche le « nouveau » papier. Ce n’est pas plus compliqué que cela 😊! J’aurai bien évidemment l’occasion de revenir sur cette pratique et sur les aspects beaucoup plus techniques du papier.

Les différentes étapes pour fabriquer du papier recyclé

La préparation de la pâte à papier avec du papier recyclé. On va couper des petits morceaux assez fins qu’on va les tremper dans l’eau. J’aime bien les laisser tremper toute une nuit comme ça je sais qu’ils seront bien humides. Ensuite, je les travaille avec un vieux mixeur pour en faire la pâte à papier.

Il y a ensuite une proportion eau et pâte à papier à respecter pour pouvoir faire du joli papier, et ainsi former la feuille. Il faut bien mélanger l’eau avec la pâte à papier. Ensuite, on prend un cadre qui définira la forme à donner au papier. On va lever le papier. On va prendre le temps d’égoutter l’eau pour que le papier ait l’épaisseur que l’on souhaite.C’est à ce moment-là qu’on peut incruster  des végétaux . On va ensuite coucher le papier sur un feutre, on va le presser et le laisser sécher.

Il y aura bien sûr un dernier travail de finition avant de pouvoir s’en servir comme couverture, ne serait-ce que pour que tout sois bien précis. Après, on le colle, le vernis pour le protéger. Voilà, j’espère que cet article vous aura plu ! Ici vous présente un carnet qui a été réalisé avec des feuilles d’un vieux livre et de la sauge sauvage en incrustation.

Voilà tout ce qui fait que j’aime fabriquer mon papier😍, cette connaissance à approfondir, cet art de la récupération et ses problématiques techniques J’espère donc que cet article vous aura plu ! En avant-première, je vous parle de mes prochains essais. Il s’agira de papier ensemencé. C’est une idée qui m’est venue suite à ma rencontre avec Léna Jestin des archives dormantes. À bientôt.

Autre carnet avec du recyclage : Le carnet en bois

Suivez-moi sur Instagram

nouveautés vert garance

Des nouveautés chez Vert Garance

Vert Garance et ses nouveautés à Étable-sur-Mer

C’est toujours un plaisir de sortir et présenter des nouveautés. Est-ce-que celle-ci vont trouver acquéreurs??? Avec impatience on attends les retours des clients qui confirmera ou infirmera nos choix.

MILAË Sweet’s

Une nouvelle énergie de travail va commencer ! C’était chouette de rencontrer un nouveau lieu MILAË Sweet’s qui accueillera mes carnets (une boutique située à quelques kilomètre de chez moi)🤩… J’aime ce principe de boutique car il n’y a pas de permanence à faire et, surtout, je connais la personne qui est à la tête de cette nouvelle boutique. Je sais qu’il s’agit de quelqu’un qui s’intéresse vraiment à mes créations et à ma démarche créative. Caroline a décidé d’ouvrir sa boutique pour défendre le travail de l’art et de l’artisanat. Elle même est artisane et confectionne des broderies contemporaines en points compté.Elle exposera des œuvres et d’objets uniques (luminaire, bijoux, tableaux, accessoires textiles, aquarelles, photographies…).

 

Regards de Créateurs

Cela dit en passant, Je n’ai toujours pas rencontré l’équipe de Regards de créateurs😥. Dans le groupe privé, servant pour la gestion et l’organisation de la boutique, je viens de me faire remonter les bretelles car je voulais trop m’impliquer… En gros, on ne bouscule pas l’ordre établi… Oh mais pardon… ça fait juste long pour moi de ne pas savoir à qui j’ai à faire. Entre tout ce qui me revient en mémoire de ce que j’ai entendu sur les uns et les autres lors de mon installation… J’aimerais pourtant vraiment me faire une idée par moi-même…Et toujours pas de contrat, je commence à m’inquiéter et la moutarde commence sérieusement à me monter au nez…Permettez-moi l’expression!!!  Et mieux vaut éteindre le feu pour le moment. En attendant, je  vous dévoile quelques nouveautés qui seront chez Caroline.

 

nouveautés vert garance
Couverture en bois
onglets couleur chocolat
Reliure copte

Carnet Récup’ en hommage à mon père.

C’est une recherche autour de boites de cigares. Je les avais entassées et stockées bien précieusement chez mes parents. Je les avais même oublié. Ce n’est qu’à la mort de mon père que je les ai retrouvé. « Marielle on jette ça ? Non maman je les récupère et peut-être qu’un jour j’en ferai quelque chose » Merci papa pour ton inspiration, des années à fumer tes cigarillos. C’était ton petit plaisir du soir et je trouvais l’odeur écœurante. Aujourd’hui voici les boîtes revisitées, une super opportunités de nouveauté pour vert Garance🥰.

Pour aller plus loin

Se renseigner : MILAË Sweet’s

Découvrir le travail de caroline :  sa page Facebook

Découvrir Étable sur Mer

En parlant Récup’ découvrez ou redécouvrez le carnet façon junk-journal

Fragment de ma personnalité : amoureuse du livre

Posté dans : Fragements de vie 0

Amoureuse de l’objet livre.

Suis-je une grande lectrice ? Si je me compare à mon mari (chroniqueur musical et littéraire, qui peut écouter une dizaine de disques par jour, qui peut lire un livre en une journée), je ne peux pas me considérer comme telle. Mais le livre, en tant qu’objet, j’aime le toucher, le sentir, le regarder, l’écouter ! Lorsque que je suis en présence d’un livre, tous mes sens sont en éveil.

De l’objet livre, j’aime sa constitution. J’aime le décortiquer, comprendre comment il est fabriqué. J’aime qu’il soit constitué de cahiers, et non qu’il soit, comme pour la majorité des livres que l’on trouve aujourd’hui,dans le commerce : collé feuille à feuille. De la même façon, il n’existe plus de page de garde, comme dans les vieux ouvrages, à la reliure “classique”, source de fiabilité, de solidité. Aujourd’hui, les livres sont fragiles, les pages se décollent dès la première lecture, le livre perd de sa superbe pour devenir un objet de consommation!

Une fois consommé, jeté aux oubliettes, au fin fond d’une bibliothèque…

Dans un futur proche, j’envisage de me diriger vers un CAP reliure. Je connais déjà certaines techniques, mais je n’ai pas de diplôme. La vision que j’ai des livres est la même que celle que je peux avoir pour mes carnets d’écriture, à savoir que chaque ouvrage doit pouvoir durer dans le temps, qu’il doit pouvoir vous accompagner partout sans craindre la bataille du sac à main ou d’une poche intérieure de blouson. Cette exigence implique pour moi que tous mes carnet soient cousus.

Acheter un carnet de qualité pour écrire plutôt que d’acheter un carnet dans les grandes surfaces est également pour moi d’importance. Les écrits sont précieux, pourquoi ce qui les renferme devrait être tristement banal, voire médiocre dans sa fabrication? La valeur d’un carnet n’est rien en comparaison de ce qu’il peut renfermer d’intime.Devoir enfermer ses secrets, ses pensés dans un carnet du commerce, sans âme, construit sans éthique environnementale, est pour moi une sorte de sacrilège.

Aujourd’hui, nous écrivons de moins en moins sur du papier, c’est aussi une des raisons pour laquelle j’ai envie de défendre le carnet, celui qui dure dans le temps. La valeur écriture est pour moi précieuse, et immortaliser des souvenirs, des idées, des pensés, des dessins ou même des photos, n’a pour moi pas de prix.

Comme dit le proverbe les paroles s’envolent mais les mots restent.

Si le cœur vous en dit, découvrez ICI un de mes carnets

Découvrez l’instagram de Vert Garance ICI