confinement et émotions

Coronavirus et émotions : le début du confinement

Posté dans : Fragements de vie 0

Le premier mois de confinement, à cause du coronavirus, et les émotions qu’il suscite.

 

Cela fait un mois que nous sommes confinés. C’est irréaliste, complètement fou, impensable ! Aujourd’hui, je me sens mieux, mais ce coronavirus, le choc de l’annonce du confinement, aura créé chez moi des émotions violentes, parfois irrationnelles, mais le moment de bascule vient de survenir chez moi. Un certain apaisement remplace désormais la colère.

 

Une annonce coup de poing du confinement😕.

 

Je me souviens du tout début du confinement. Nous sentions à la maison que quelque chose se préparait, notamment quand l’État nous annonça, le jeudi, qu’à compter du lundi suivant les écoles seraient fermées, et ce jusqu’à nouvel ordre. Nous avons décidé que nos enfants n’iraient pas au collège le vendredi, que nous n’irions pas voter. Quelle stupidité de la part de notre gouvernement de maintenir la tenue d’élections dans ce contexte ! Quel manque d’intelligence ! Et ce n’était là que le premier des messages contradictoires qui allait me mettre les nerfs en pelote.

Nous étions enfermé chez nous, privés de nos libertés premières, la faute à un virus qui n’était soi-disant pas plus méchant qu’une grippe. Pas besoin de masque ! Confinement de 15 jours uniquement, mais potentiellement reconductible. On avait vu ce qu’il en était en Italie, je savais que ça durerait plus longtemps que ces 15 jours. J’étais en colère parce que je ne comprenais rien de ce qui se passait.

 

Un coup dur peut en cacher un autre.

 

Il faut dire que cette annonce est très mal tombée. Elle faisait suite à mon désir de quitter la boutique Regards de créateurs. J’étais démoralisée, brisée, dans un état de doute incroyable. Mon idéal de boutique et de réussite s’évaporait aussi rapidement que l’espoir qu’il avait engendré. Je me sentais totalement dépourvue, sans repères, sans désir de continuer à produire mes œuvres d’art. Bref, j’étais vidée🤕😢.

Les premiers jours ont été très durs. Je ne comprenais rien, ni ces mesures d’enfermement, ni le pourquoi du comment nous en étions arrivés là. Je me sentais épuisée, rétamée, sans goût, sans objectifs. Déprime totale quoi ! Envie de dormir tout le temps, de grignoter. Pas envie de prendre un stylo pour écrire ou dessiner, une aiguille pour coudre ou que sais-je ? Je voulais tout foutre en l’air, ce gouvernement qui nous mentait, cette vie de merde qui me ballottait une fois de plus d’espérances en désespoir.

 

Heureusement…

 

Fort heureusement, il a fait beau. Nous n’avions pas le droit de sortir dans la rue, mais nous pouvions sortir dans notre jardin. Les enfants étaient contents, se roulaient dans la boue, nous faisaient tourner en bourrique en arrachant les fleurs et autres. Malgré tout, nous avions la chance de pouvoir profiter du grand air, du soleil, contrairement à nos voisins que nous voyions sur leurs minuscules balcons.

Ces bulles d’oxygène m’ont permis de reprendre un peu pied. Aujourd’hui, je me sens mieux, le plus dur semble derrière moi😎🙂. Les émotions ont été violentes, m’ont montrée que l’on ne peut se fier qu’à nous-même et surtout pas à un gouvernement qui croit qu’il maîtrise l’inconcevable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *